Un peu d’histoire de Malaga

dsc_0079

Les ultimes restes de l’homme de Néanderthal datent de 24000 et furent découverts dans la péninsule ibérique sud-est. C’est donc dans cette région riche en biodiversité et relativement bien irriguée en dépit d’une forte chaleur en été. Il faut rappeler qu’il y a 24000 ans la température était inférieure d’environ 5°C et que l’homme Néandertalien était particulièrement bien adapté à la survie en zone semi forestière.

L’antiquité donne l’histoire à Malaga, cette région (de Huelva dans le le Sud Ouest en passant par Séville et Cadix, Malaga fut connu par les grecs sous le nom de Tartesos (-VIIIème siècle av.J.C),

Les Phéniciens créent la cité de Malaka (Malaga moderne) et en même temps développent la fabrication de l’huile d’olive, les techniques de salaisons, la fonte des métaux pour fabriquer des objets, des outils et même frapper des pièces de monnaie…Cela s’accompagnera d’un développement important des échanges commerciaux du fait de la construction du port maritime, première œuvre d’envergure de la cité de Malaga. Ils bâtiront également une muraille (Muralla) protectrice pour les citadins. Malaka restera ainsi une grande cité punique (Qui est relatif aux colonies phéniciennes d’Afrique et principalement à Carthage et aux Carthaginois. Art, constitution, flotte, médaille, religion punique. Les habitants des terres puniques se distinguaient surtout par leur génie commerçant (Chateaubriand.,Essai Révol),

L’influence hélénique sous le règne de Argantonio de Hérodote qui dura 90ans permettra une grande stabilité et un statut protégé de Malaka. Puis vint la domination Carthaginoise sur la méditerranée qui mit fin brutalement au règne de Tartesos (-535 av.J.C bataille d’Atalia- Corcega) . Les Carthaginois n’ont pas seulement envahi mais aussi anéanti les dirigeants du royaume.

Il faudra attendre -506 av.JC pour que les Romains prennent le relais, expulsent les Carthaginois et occupent l’ancien règne de Tartesos. Les Romains feront de Malaga une véritable Province fédérée à Rome avec ses lois propres, ses propres dirigeants, ses magistrats, ses impôts, une sorte de république autonome, la construction du fameux théâtre (proche de la cathédrale) et enfin un système moderne d’irrigation et de cultures propulse la ville qui devient 81 ap.JC une ville romaine à part entière « Lex Flavia Malacitana ». En ces temps, sur la zone se trouvant depuis l’actuel bâtiment des douanes jusqu’au bas du versant de l’actuel Alcazaba se trouve un temple romain, un arc de triomphe, il sera détruit par les arabes et découvert en 1951. De nombreux vestiges de la présence romaine existent et sont sujets à visites.

transfer-malaga-castillo-gibralfaroL’affaiblissement de l’empire romain (402 ap.JC) mène à sa chute. Les vandales, les barbares, envahissent les lieux et la Province de Malaga chute en 476 ap.J.C. Alors, malgré un appauvrissement brutal de la ville, un certain niveau de prospérité subsiste compte tenu de la richesse qu’elle renferme. A quoi ressemble donc cette ville ? Selon les témoignages retranscrits, il s’agirait presque d’une forêt vierge, une flore envahissante et difficilement contrôlable sans une attention quotidienne. La population de Malaka est un mélange de race ibérique, de carthaginois, de romains, voire de celtes venus de l’ouest, et désormais croisée de nouvelles générations de marins, barbares et wisigoths. Chacun trouve sa place sur cette terre convoitée.

Convoitée jusqu’à cette invasion de Gibraltar par l’Empire Ottoman, et Tariq Ibn Ziyad le 27 avril 711, Ses armées seulement composées de 9000 hommes prirent successivement Gibraltar puis le 19 juillet mirent en déroute les wisigoths. Leur présence allait durer plus de 5 siècles. A noter que la traduction de Al-Andalus (« la terre des Vandales ») a certainement été à l’origine du nom « Andalousie ». Un nouveau Califat islamique est créé (Cordoue/Cordoba), Les ottomans effectueront des incursions vers le nord et seront mis plusieurs fois en échec. Nous connaissons l’échec fameux de Poitiers en 732 par Charles Martel. (maire du Palais d’Austrasie contrôlant les royaumes de Bourgogne et de Neustrie) décisive dans l’établissement de la dynastie carolingienne.

 

 

Une alchimie et un niveau inattendu d’assimilation se produit. Les historiens divergent quant à dire que l’assimilation s’effectue dans le sens d’une islamisation pacifiée ou du contraire. Pourtant, cette cohabitation reste pacifique. Les ennemis ne sont pas ecartés de la vie commune et encouragés à travailler pour la prospérité de la zone. L’expertise des arabes dans les moyens modernes d’irrigation redonne un nouveau souffle à l’économie locale. L’influence islamique poursuit son chemin avec sa propre histoire. Au Xième sicle vivent environ 15000 habitants à Malaga.

Il faudra attendre 1487 pour que la ville soit assiégée durant six mois et que finalement Hammet El Zegri rende la ville aux Rois Catholiques. Le siège aura donné lieu à de nombreuses exécutions, causé une famine, et divisé la ville en de nombreux clans opposés et 5000 à 6000 chrétiens se proposent de recoloniser la ville.

Au XVII siècle le vin et les fruits secs (pesas)  enrichiront la ville ;

Le XIXème siècle verra l’essor économique de Malaga. Pourtant le début du siècle sera compliqué avec une invasion qui serait anecdotique si elle n’avait pas causé de nombreuses victimes. En effet en 1810 Malaga fut envahie par l’armée napoléonienne. Cette invasion durera presque deux ans. La fin de l’empire napoléonien découlera sur la victoire des catholiques partisans de la restauration en France mais par contrecoups au renforcement de Ferdinand le Catholique (Ferdinand VII) qui instaurera un régime autocratique en Espagne et mettra en déroute les libéraux après avoir promis aux andalous une nouvelle constitution qui ne verra jamais le jour.

Ferdinand VII « le Catholique » reprendra le règne en 1814 instaurant l’absolutisme. José Maria Torritos avec l’aide de libéraux irlandais tenta en 1831 de renverser le régime instauré. Il sera exécuté et aujourd’hui une statut lui est dédiée avec ses partisans Plaza de la Merced. A noter que le cimetière britannique (Calle Redding) abrite de nombreuses tombes de ces libéraux venus d’Irelande combattre auprès des espagnols le régime de Ferdinand Vii. Le célèbre tableau  « Fusilamiento de Torrijos en la playa de San Andrés (Málaga) par Antonio Gisbert Pérez, en 1888 (Musée du Prado à Madrid). La statut Plaza Merced sera cachée par une ronceraie pendant de nombreuses années sous la dictature franquiste, sans doute par peur de la voir détruite comme symbole de la lutte pour la liberté.

Fusilamiento_de_Torrijos_(Gisbert)

A la fin du siècle l’industrie sidérurgique permet un développement industriel rapide et une augmentation sensible de la population. Grâce à Malaga, la production de fer permet le développement du pays et permet à la Province de se retrouver la deuxième Province la plus riche.

Puis au milieu du 20é siècle le développement du tourisme de masse, Malaga se propulse comme l’une des grandes Province du tourisme européen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s